Arthrodèse du gros orteil

Qu'est ce que c'est ?

C’est le blocage définitif de l’articulation du gros orteil pour traiter, soit une déformation du gros orteil (hallux valgus, hallux varus), soit une atteinte articulaire (arthrose ou rhumatisme). L’évolution en l’absence de traitement est l’augmentation de la déformation avec l’apparition d’une tuméfaction rouge sur le coté du pied (bursite). En cas d’arthrose ou d’arthrite, l’évolution sera une augmentation des douleurs et de la destruction articulaire. S’en suivront des déformations des petits orteils (griffes). Il n’existe pas de traitement médical à l’hallux valgus. Les semelles orthopédiques visent surtout à limiter les atteintes sur les autres orteils.

En accord avec votre chirurgien et selon la balance bénéfice-risque il vous a été proposé une arthrodèse de la première articulation métatarso-phalangienne. Il va de soi que votre chirurgien pourra le cas échéant en fonction des découvertes per opératoires ou d’une difficulté rencontrée, procéder à une autre technique jugée par lui plus profitable à votre cas spécifique.

Avant le traitement

Un bilan radiographique complet est réalisé permettant de confirmer le diagnostic et de prévoir la chirurgie.

Quel traitement ?

La chirurgie est réalisée sous anesthésie générale ou locorégionale et dure entre 20 et 60 minutes. Une cicatrice est réalisée à la face médiale du pied adaptée selon les cas. Les surfaces articulaires abîmées sont enlevées pour corriger les déformations et obtenir une fusion définitive de l’articulation. La fixation est faite en fonction du chirurgien et des conditions locales, par des agrafes, des vis, une plaque… Des gestes complémentaires peuvent être nécessaires en fonction des déformations associées (ostéotomie des métatarsiens latéraux, adaptation de longueurs des tendons, blocage des autres orteils…).

Et après ?

Le lever et l’appui sur le membre sont autorisés le jour même sauf avis contraire du chirurgien. La marche se fera en générale avec une chaussure orthopédique ou une semelle plâtrée. Le traitement préventif des phlébites n’est pas systématique et dépend des différents facteurs de risques que vous présentez. L’hospitalisation peut être ambulatoire (sur la journée) ou de quelques jours suivant la situation. La marche est protégée par la chaussure pendant 30 à 45 jours. La rééducation dépendra de votre récupération. L’arrêt de travail est adapté à la chirurgie et à votre activité professionnelle entre 3 et 10 semaines.

Complications ?

  • L’infection est très rare et peut nécessiter une ré-intervention.
  • Une phlébite peut survenir malgré le traitement anticoagulant. Des nerfs sensitifs sont déplacés et protégés pour réaliser cette intervention, ils peuvent être traumatisés et générer des douleurs secondaires. La consolidation osseuse demande 45 jours minimum ; celle-ci peut être plus longue.
  • De même une absence de consolidation peut être observée dans les six mois qui suivent l’intervention et parfois nécessiter une reprise chirurgicale. Un défaut d’appui ou de positionnement peut être constaté lors de la reprise de la marche, et entraîner soit une reprise chirurgicale, soit une semelle orthopédique.
  • L’algodystrophie : phénomène douloureux et inflammatoire encore mal compris, elle est traitée médicalement et peut durer plusieurs mois (voire parfois années), entrainant une prise en charge spécifique avec rééducation adaptée, bilans complémentaires et parfois prise en charge spécifique de la douleur. Elle est imprévisible dans sa survenue comme dans son évolution et ses séquelles potentielles.

La liste n’est pas exhaustive et une complication particulièrement exceptionnelle peut survenir, liée à l’état local ou à une variabilité technique. Toutes les complications ne peuvent être précisées, ce que vous avez compris et accepté.

Les résultats à espérer

Le résultat est obtenu en trois mois, il peut mettre jusqu’à six mois pour se stabiliser. Le bénéfice attendu est un chaussage confortable et indolore. Le blocage articulaire limite la hauteur de talons à environ 3 centimètres selon la conception de la chaussure ; la montée sur demi-pointes sera impossible, par contre la pratique sportive n’est pas limitée.

En résumé

L’arthrodèse du premier métatarsien est une intervention fréquente, corrigeant soit des déformations, soit des destructions articulaires permettant de redonner une fonction quasi-normale du pied après quelques mois.

Contenu modifié le 16/11/17
Arthrodèse du gros orteil

AttentionLes traitements proposés sur ce site ne les sont qu’a titre indicatif.
Chaque personne est différente.
Seule une consultation avec un chirurgien pourra vous éclairer sur le traitement approprié a votre pathologie.